Inventeur : Peter LINDEMANN

Peter LINDEMANN

Peter LINDEMANN, historien et consultant en nouvelle énergie de New Mexico, à étudié pendant près de vingt ans les alternatives énergétiques, et il a trouvé que l’idée de TESLA d’un moteur autonome était la plus prometteuse : TESLA pensait que s’il trouvait le moyen de créer une zone froide dans laquelle il pourrait injecter continuellement de la chaleur, il pourrait aussi trouver le moyen d’extraire de l’énergie de cette (différence de) chaleur.

LINDEMANN pense que les chercheurs qui étudient les travaux de TESLA n’ont pas bien compris ce que TESLA entendait par son moteur autonome. Beaucoup d’entre eux pensent que TESLA voulait dire que les effets du magnétisme ou de la gravité, à eux seuls, pouvaient faire démarrer une machine. TESLA disait que ces hypothèses étaient possibles, mais que très probablement elles ne donneraient rien en pratique. De son côté, LINDEMANN dit que TESLA présumait qu’on avait tort de croire que les lois de la thermodynamique s’appliquent toujours et dans tous les cas. Ces lois fixent des limites à la quantité d’énergie qu’une machine peut fournir : elle est fonction de la quantité d’énergie connue qu’on y fait entrer. Le postulat de la deuxième loi de la thermodynamique veut que si on désire que la température dans une maison soit plus élevée ou plus basse que celle qui est à l’extérieur, il faut consommer de l’énergie pour y arriver. TESLA ne voulait pas admettre qu’une définition aussi restrictive soit toujours vraie. TESLA pensait que si des organismes vivants réussissaient à puiser de l’énergie dans leur environnement, pourquoi des machines ne le pourraient-elles pas ?

Peter LINDEMANN schemaLINDEMANN fait la démonstration du concept de TESLA en ouvrant la porte du réfrigérateur dans sa cuisine : « cet appareil est le premier cousin de la machine autonome de TESLA. Il faut alimenter cet appareil en énergie pour obtenir une zone froide. » Un réfrigérateur utilise l’énergie de manière très efficace – pour chaque watt d’électricité consommé, il libère trois fois plus d’énergie sous forme de chaleur dans l’air environnant. Cette efficacité représente un potentiel de surplus d’énergie. TESLA savait qu’un tel appareil devait être réversible – qu’il devait être possible de partir d’une zone froide pour en tirer de l’énergie. Cette énergie serait gratuite, dans la mesure où le consommateur n’aurait pas à payer une compagnie d’électricité, puisque l’énergie vient du soleil et est emmagasinée dans l’air environnant sous forme de chaleur.

Les ingénieurs actuels en nouvelles énergies ont continué les travaux de TESLA et ont construit une machine qui utilise la réfrigération pour produire de l’énergie mécanique. Aujourd’hui, cette technique est appelée la technologie des changements d’état à basse température (Low-temperature Phase Change Technology = LTPC), parce qu’elle travaille avec des fluides qui passent de l’état liquide à l’état gazeux à basse température. Elle pourrait évoluer sous forme d’élément capable de produire l’électricité et l’air conditionné à votre maison. Ainsi, cette technologie serait à la fois respectueuse de l’environnement et décentralisée, vous n’auriez plus besoin de vous relier à un réseau électrique, sauf si vous envisagez de vendre votre surplus d’électricité ou d’en acheter plus si vous en consommez exagérément. LINDEMANN dit qu’une centrale électrique qui utiliserait la chaleur comme source d’énergie, pourrait contribuer à résoudre le problème du réchauffement global.

La conversion de l’énergie thermique des océans (Ocean Thermal Energy Conversion = OTEC) est un autre exemple de l’application de la technologie thermique. Cette technologie utilise la différence entre la température de l’eau plus chaude à la surface des océans et celle plus basse de l’eau en profondeur – une différence d’environ vingt degrés. Un modèle expérimental a produit 50 000 watts sur une grande péniche au large de Hawaï.

Un autre avantage lié à la technologie LTPC est sa rentabilité. Elle est potentiellement 400 fois plus efficace que les systèmes solaires photovoltaïques – des panneaux solaires qui transforment la lumière du soleil en électricité – qu’on trouve sur le marché. La technologie LTPC est aussi plus rentable que l’énergie nucléaire. LINDEMANN dit que « vous pouvez obtenir plus d’énergie avec un système comme celui-ci qu’avec n’importe quel réacteur nucléaire. Ces appareils peuvent être construits à différentes échelles, jusqu’à produire des mégawatts (en puissance). » Un système à LTPC conçu pour utiliser la lumière directe du soleil, aurait un rendement sensationnel. Toutefois, LINDEMANN est plus séduit par les systèmes qui n’utilisent pas la lumière directe du soleil, parce qu’ils seraient à même de fonctionner la nuit, même sous des climats plus froids ou plus nuageux.

Tous ces passages, résumés et citations sont issus d’ Énergie libre et technologies disponible sur Amazon.fr. J’en ai simplement filtré et rassemblé l’essence – Emmanuel FESSELIER

Retourner à la liste des inventeurs