Inventeur : Ken SHOULDERS

Shoulders

Ken SHOULDERS (1927-2013) – Au début des années 60, SHOULDERS a beaucoup participé au développement de la technologie moderne des microcircuits. Ensuite, il travaille à un concept encore plus élaboré : les amas de charge à haute densité. C’est un concept qui promet beaucoup dans le domaine de l’énergie de l’espace, car ces amas toriques microscopiques ont un rendement énergétique plus de trente fois supérieur à la quantité d’énergie qu’ils consomment pour produire cette énergie.

Au fil des ans, SHOULDERS accumula le matériel nécessaire à équiper son propre laboratoire, ce qu’il fit en 1968. Comme Nikola TESLA, le père de la nouvelle énergie, SHOULDERS fit une découverte qui pourrait discréditer ses travaux précédents en technologie des microcircuits. Ce fut une découverte due au hasard. Autour de 1980, des physiciens ont introduit SHOULDERS dans le Stevens Institute de Hoboken, dans le New Jersey, où il vit d’étranges structures de particules qui ressemblaient à des fils – ce que les scientifiques appellent des filaments de vortex. Après avoir travaillé pendant quelque temps là-dessus, SHOULDERS découvrit que ce n’étaient pas des fils du tout, puisqu’ils étaient pratiquement aussi larges que longs. Ils ressemblaient à des fils sur les instruments des chercheurs, parce que les chercheurs ne purent jamais arrêter le mouvement très rapide de ce qui apparaissait comme de grosses mouchetures. Lorsque SHOULDERS réussit à avoir des images précises de ces mouchetures, il s’aperçut que c’étaient de petites structures en forme de perles. On les désigne plus simplement par amas de charge, ou charge clusters, bien que SHOULDERS les appelle Electrum Validum (E.V.), ce qui veut dire « charge intense ».

Shoulders schémaQu’est-ce qu’un amas de charge ? L’idée fondamentale d’un amas de charge est très simple. C’est une grappe d’environ 100 millions d’électrons très serrés les uns aux autres ; un électron étant la partie de l’atome qui tourne autour du noyau. SHOULDERS a été en mesure de créer des conditions telles que les électrons se détachèrent de leurs noyaux pour se regrouper sous forme de remarquables petites grappes cylindriques, très stables, ressemblant à de petites couronnes. « C’est l’effet électronique le plus fou jamais vu », dit SHOULDERS, qui appela ses créations « de petits moteurs d’une vaste complexité et en fait increvables »

Quoique cet amas de charge soit très simple, la science conventionnelle a beaucoup de mal à accepter son existence, parce qu’il viole une loi de la physique qui dit que « des charges électriques de même nature, qu’elles soient positives ou négatives, se repoussent. » Et comme les électrons ont tous une charge négative, la science conventionnelle dit qu’ils ne devraient pas s’agglutiner.

Hal PUTHOFF, à travaillé avec des amas de charge, et il pense que la force qui maintient les électrons ensemble est due à un effet qui porte le nom d’un physicien néerlandais, Hendrik CASIMIR. L’effet CASIMIR fait référence à la tendance qu’ont deux petites plaquettes métalliques parfaitement lisses, placées à une courte distance l’une de l’autre, à se rapprocher. PUTHOFF explique l’effet de la manière suivante : imaginez deux plaquettes de métal en suspension dans l’espace, l’une proche de l’autre. Comme les plaquettes se protègent l’une l’autre de l’énergie de l’espace venant d’une direction, l’énergie de l’espace qui appuie sur les deux plaquettes dans la direction opposée, les envoie l’une contre l’autre, en libérant de l’énergie sous forme de chaleur.

Shoulders schéma 2SHOULDERS se sert de l’effet CASIMIR pour endiguer un plasma froid – un état gazeux spécial qui conduit l’électricité – afin d’obtenir de la chaleur et des amas de charge. Il utilise de l’électricité statique, comme celle de l’étincelle qui s’échappe de la poignée d’une porte lorsqu’on frotte ses pieds sur un tapis. Dans le système de SHOULDERS, cette électricité fournit les électrons qui vont s’amasser. Un amas de charge est en fait une charge électrique comprimée en une forme visible. Si SHOULDERS est admiratif mais perplexe devant ces minuscules entités, c’est qu’elles semblent dotées d’une sorte d’intelligence – elles ont un pouvoir d’auto-organisation. Les amas de charge apparaissent sous des formes de taille différentes, mais leur organisation et leur comportement sont uniformes. Ils ressemblent souvent à une bague ou à un collier faits de minuscules couronnes. SHOULDERS dit : « C’est une loi de la nature encore inexplicable pour le moment. » SHOULDERS a découvert le lien entre les amas de charge et l’énergie de l’espace, lorsqu’il tenta de trouver ce qui pouvait bien fournir des quantités d’énergie assez importantes pour que des électrons soient empêchés de se repousser et qu’ils s’agglutinent en minuscules grappes serrées. Leur haute énergie rend les amas de charge très puissants (ils sont capables de percer des trous dans des carreaux de céramique sans perdre de leur force). À cause de l’effet CASIMIR, l’énergie de l’espace semble correspondre aux indications résultant des expérimentations de SHOULDERS, qui montrent qu’elle est la source vraisemblable de cette énergie.

SHOULDERS a gagné le défi en obtenant en 1991 un brevet intitulé : « Conversion de Énergie en Utilisant une Charge de Haute Densité ». Cet événement est à marquer d’une pierre blanche : c’est la première fois qu’un brevet dit que l’énergie de l’espace peut être utilisée comme source d’énergie électrique utilisable.

Ken SHOULDERS travaille ensuite avec son fils Steve, et fait d’autres découvertes. Ce que SHOULDERS voit sous son microscope est un nouveau monde, qui porte à croire que les machines du futur seront des milliers de fois plus puissantes que celles d’aujourd’hui. La technologie des amas de charge pourrait bien être une des premières technologies à base d’énergie de l’espace à être commercialisées. Contrairement à d’autres inventions utilisant l’énergie de l’espace, les amas de charge n’ont pas besoin de champs magnétiques, ni de basses températures pour pouvoir fonctionner. Un auteur écrivant sur les nouvelles énergies, Hal FOX, dit que l’amas de charge pourrait bien être l’un des domaines les plus prometteurs de la recherche depuis le transistor. Les amas de charge ne fournissent pas seulement de l’énergie propre et abondante. Selon PUTHOFF, on pourrait fabriquer tout un éventail de produits basés sur la technologie des amas de charge.

Tous ces passages, résumés et citations sont issus d’ Énergie libre et technologies disponible sur Amazon.fr. J’en ai simplement filtré et rassemblé l’essence – Emmanuel FESSELIER

Retourner à la liste des inventeurs