Inventeur : Harold ASPDEN

Harold ASPDEN

Le Dr Harold ASPDEN (1927-), physicien britannique, est plus occupé durant sa retraite qu’il ne l’a jamais été, et il accumule les succès dans sa carrière en nouvelle énergie. Les théories qu’il a mis des décennies à développer durant son temps libre, font l’objet d’articles enthousiastes dans les journaux sur les nouvelles énergies. La crédibilité d’ASPDEN est renforcée par sa carrière antérieure : il a été pendant dix-neuf ans directeur des procédures des licences européennes chez IBM, et après sa retraite anticipée, il a travaillé pendant neuf ans pour IBM en tant que maître de conférence dans le département électrotechnique de l’Université de Southampton.

Bien qu’il ait cessé ses activités à l’université aujourd’hui, ASPDEN a toujours beaucoup à faire. Son entreprise de recherches, Thermodynamics Limited, a reçu une subvention du gouvernement de Grande-Bretagne pour tester un nouveau type de moteur électrique. Il écrit également pour des publications sur les nouvelles énergies, et envoie ses contributions à un bulletin d’informations sur les nouvelles énergies, afin de pouvoir informer ses collègues de par le monde de ses avancées. ASPDEN est connu pour avoir fait des recherches sur un moteur magnétique révolutionnaire, et aussi pour avoir avancé l’idée que la force des aimants pouvait être utilisée pour des réfrigérateurs silencieux et pour des conditionneurs d’air, sans utiliser des gaz qui détruisent la couche d’ozone.

ASPDEN qui vit en Angleterre, échangeait ses idées avec l’ingénieur John Scott STRACHAN, qui travaillait pour la société américaine Pennwalt en Écosse. Leurs échanges à distance étaient très enrichissants pour l’un comme pour l’autre. Tout comme WISEMAN et d’autres, ils voulaient fabriquer de l’électricité à partir d’une légère différence en température, avec une méthode de réfrigération qui devait remplacer tous les fluorocarbones habituellement utilisés, qui endommagent l’ozone.

Harold ASPDEN schemaASPDEN et STRACHAN jugèrent que la réponse se trouvait dans le développement d’une invention en technologie thermique sur laquelle ils travaillaient déjà. Chez Pennwalt, STRACHAN avait placé un matériau similaire au plastique entre deux films métalliques. Il voulait savoir si cet assemblage, qui produisait une décharge électrique quand il est mis sous pression, pouvait être utilisé dans un appareil médical qu’il était en train de développer. STRACHAN considéra que ce montage était trop sensible à la chaleur pour être utilisé dans ce but, mais lui et ASPDEN pensèrent qu’en y ajoutant un peu de magnétisme, ils pourraient utiliser cet assemblage magnétique pour créer un genre unique de thermocouple générateur d’électricité. Dans un thermocouple, on réunit, ou on couple, deux métaux différents. La nature différente des métaux crée une tension, c’est-à-dire une pression électrique, là où les parties se touchent et qu’on appelle les jonctions. La tension varie en fonction de la température aux jonctions, et c’est pourquoi les thermocouples sont habituellement utilisés dans la science et dans l’industrie comme thermomètres hypersensibles. La tension à la jonction d’un thermocouple est trop faible pour pouvoir être utilisée comme source d’électricité performante. Toutefois, ASPDEN et STRACHAN pensaient qu’ils pourraient perfectionner l’assemblage de plastique et de métal de STRACHAN en appliquant les connaissances d’ASPDEN en magnétisme, et ainsi créer un appareil qui utiliserait la différence en température, et générerait des quantités d’électricité utilisable à partir de puissances d’alimentation relativement faibles (à partir d’un morceau de glace fondante par exemple).

Harold ASPDEN schemaLe duo fonda la société STRACHAN-ASPDEN Limited qui allait détenir les droits conférés par le brevet sur leur appareil. Toutefois, ils n’obtinrent pas facilement le brevet américain. Tout d’abord, l’examinateur aux brevets leur déclara carrément qu’il était impossible que l’appareil STRACHAN-ASPDEN produise de l’électricité. Mais il finit par céder à leurs preuves. Dans quel but l’appareil STRACHAN-ASPDEN pourrait-il être utilisé ? Il pourrait servir dans l’industrie, pour transformer la chaleur perdue en électricité, mais aussi dans des foyers. Une famille qui disposerait d’une serre, pourrait se servir de la différence des températures interne et externe à la serre, pour fabriquer de l’électricité à usage domestique. L’appareil donc pourrait permettre à chacun de générer au moins en partie ses propres besoins en électricité. L’appareil de STRACHAN et ASPDEN pourrait aussi préparer le terrain pour le développement d’une supraconductivité pratique. La supraconductivité se produit lorsqu’un matériau transportant du courant, comme un fil par exemple, perd soudain de sa résistance – la force qui empêche le courant de s’écouler librement. La supraconductivité permet un passage de courant quasi continu dans le matériau.

Harold ASPDEN schema3La supraconductivité ne se rencontre en général qu’à des températures très basses et s’utilise habituellement pour créer de puissants champs électromagnétiques. Toutefois, l’appareil STRACHAN-ASPDEN permettrait d’obtenir la supraconductivité à température ambiante. Et partant, la supraconductivité pourrait servir à créer une source d’électricité utilisable.

Les deux inventeurs restent en contact. STRACHAN, par exemple, travaille avec une succursale d’une société anglaise en recherche optique, qui entretient des relations d’affaires avec ASPDEN. Tandis que ASPDEN travaille à un autre appareil destiné à générer de l’électricité (un moteur magnétique) l’appareil STRACHAN-ASPDEN est dans les limbes. Ses deux inventeurs solitaires furent capables de le mener jusqu’au stade des démonstrations, mais aujourd’hui, il lui faudrait le soutien sans réserve d’une société pour devenir un produit commercial.

Aspden dit qu’il ne trouve pas le soutien nécessaire à cause d’un double problème :

  • La communauté scientifique pense que l’appareil ne fonctionnera pas.
  • Les non-scientifiques pensent que cette technologie de pointe est trop compliquée pour être comprise. Il ajoute : « le rêve en nouvelle énergie de générer du courant à partir de la chaleur environnante est tout à fait réalisable, mais quelque part, nous n’avons pas su écouter ce que la Nature nous dit. »

Tous ces passages, résumés et citations sont issus d’ Énergie libre et technologies disponible sur Amazon.fr. J’en ai simplement filtré et rassemblé l’essence – Emmanuel FESSELIER

Retourner à la liste des inventeurs